EDITO du président

L’hospitalisation est un moment difficile à vivre pour la plupart d’entre nous. Le changement du cadre de vie, de nouvelles règles du quotidien, l’angoisse, la douleur, la solitude ou l’ennui, font très souvent de l’hospitalisation une expérience pénible, voire traumatisante. Deux groupes de personnes sont spécialement vulnérables lors de cette expérience de l’hospitalisation : les enfants et les personnes âgées. Pourtant, des études montrent que le désir de vivre, le plaisir, l’équilibre psychologique et affectif, sont des facteurs importants dans les processus de guérison ou de maintien en vie et, depuis plusieurs années, des politiques nouvelles visent à améliorer l’accueil et l’accompagnement des personnes hospitalisées.

 

La forme d’intervention musicale portée aujourd’hui par l’AEMH est née de l’intuition de Victor Flusser, compositeur et musicologue, alors directeur du Centre de Formation des Musiciens Intervenants (CFMI) de Sélestat, qui constatait, avec son équipe l’intérêt que les jeunes musiciens fréquentant cette école portaient aux interventions en milieu hospitalier. De stages en théorisation, d’écrits en rencontres avec le Portugal, le Brésil, l’Italie, l’Espagne, le projet prit forme.

La Convention interministérielle entre le Ministère de la Culture et de la Communication et le Secrétariat d’Etat à la Santé et à l’action sociale du 4 mai 1999 a fourni le cadre des premières actions.

Dans sa forme actuelle l’AEMH est née en 2004 avec la création d’un réseau d’hôpitaux et d’institutions constitué autour du groupe hospitalier St Vincent de Strasbourg.

L’association réunit de jeunes professionnels diplômés de l’Université de Strasbourg qui interviennent chaque semaine dans des établissements, ceux du réseau et d’autres qui souhaitent partager cette expérience. Ce sont tous d’excellents musiciens qui conservent une pratique du spectacle vivant. Ils ne se prétendent ni musicothérapeutes ni spécialistes de l’animation. Ils viennent offrir à des personnes isolées l’occasion d’un vrai spectacle personnalisé, individualisé. Ils offrent à ceux qu’ils rencontrent, patients, familles, soignants la possibilité d’être non seulement spectateurs, mais souvent acteurs d’un vrai spectacle vivant.

Leur objectif est de proposer du bonheur, proposer de changer les regards, d’agir sur les relations en utilisant la musique comme langage, comme vecteur d’une communication nouvelle…

L’AEMH souhaite diffuser ici et partout en Europe sa conception de la Musique en milieu de la Santé qui s’inscrit dans la même perspective que la Déclaration de Fribourg[1] de 2007 qui affirme que « Seule ou en collectivité toute personne quels que soient son âge, son état de santé, sa situation sociale doit disposer d’un égal accès à la culture, à sa culture, à une formation, à une ouverture culturelle… ».

 

Mieux que les mots, les regards surpris par le photographe colmarien Christophe Meyer mettent en évidence la force des liens que la musique peut tisser entre tous. Ces interventions élèvent l’âme comme le dit si fortement un patient dans le beau film de Martine Caillard, « Carnet de notes ».

 

L’AEMH a l’ambition de changer le regard que chacun de nous porte sur les personnes que la vie, pour une raison ou une autre, marginalise. Elle a l’ambition de changer le regard que ces personnes portent sur elles-mêmes.

Nous voulons faire de la musique à l’hôpital et en établissements parce que la musique a le pouvoir de nous réconcilier avec nous-mêmes et avec les autres.

Jean-Claude Gonon